Découvrez-nous

1er Écosystème Digital 100% dédié au secteur de la Beauté !

2 Portails Média
7 Plateformes dédiées
1 Solution Marketing Unique

Accès Membre 100% GRATUIT

Amélioration Et Rajeunissement Du Contour Du Visage

Amélioration Et Rajeunissement Du Contour Du Visage

Proposant un nouveau système de classification verticale, Lakhdar Belhaouari, Pierre Quinodoz, Camille Belhaouari et Ignacio Garrido décrivent leurs techniques d’injection pour rajeunir le contour du visage

Symbole symétrique de la beauté et de la jeunesse, l’ovale du visage est plus qu’un simple détail. La perte de cet «ovale» peut être une expérience pénible. Peu de personnes sont insensibles au passage du temps, dont le premier signe peut être un relâchement facial perceptible. L’amélioration et le rajeunissement du contour du visage sont une demande quotidienne dans nos cliniques esthétiques, que ce soit par des moyens chirurgicaux ou non chirurgicaux. Pour offrir les meilleurs conseils, une bonne compréhension de l’anatomie et de la physiologie du processus de vieillissement, la maîtrise des techniques requises et la connaissance des derniers produits sont essentielles. Grâce à notre expérience et à l’amélioration du contour du visage, une classification originale de cette zone du visage sera proposée.

Classiquement, la région cervico-faciale est divisée en deux parties: la partie supérieure, la face inférieure et la partie supérieure, la partie supérieure du cou étant souvent incluse dans la face inférieure. Nous présentons ici une approche différente sans utiliser les divisions horizontales, mais verticale. Nous avons divisé la face en trois segments verticaux de la médiale à la latérale: le proface, la mésoface et la métaface (Figure 1). Cette méthode originale de segmentation tient compte des plans de glissement du visage, de la dynamique du mouvement et des changements liés au temps (Figure 2–3), particulièrement utiles pour le plancher moyen et inférieur du visage.

La mesoface
La partie intermédiaire du visage est le sujet principal de cet article.

Son tissu sous-cutané varie en épaisseur mais est fermement attaché à la peau qui le recouvre. En revanche, il adhère peu aux couches profondes qu’il recouvre. La mésoface est mobile et expressive et est donc susceptible de se relâcher, ou de se ptosis, avec le temps. En revanche, parce que la métaface postérieure adhère aux couches profondes qu’elle recouvre (masseter), elle n’a pas la même liberté pour devenir flasque au fil du temps.

À notre avis, la mésoface ne doit pas être divisée en tiers moyen et inférieur du visage puisque ces deux parties sont liées. Le relâchement lié à l’âge se produit dans toute la zone et, par conséquent, à des fins de traitement, les changements dans cette zone devraient être considérés sur toute sa hauteur (Figure 3).

Figure 1 Segmentation verticale

Dans la partie supérieure de la mésoface, autour de la face médiane, l’élément moteur principal est le muscle orbiculaire de l’oculi qui mobilise et soulève la couche graisseuse sous-cutanée superficielle sous-cutanée de la face moyenne pendant le mouvement. l’os de soutien sous-jacent. Le relâchement lié à l’âge ne se produit que dans cette partie mobile et crée les trois rainures principales de la face médiane: le sillon palpébromalaire avec le creux lacrymal, le sillon médian et le sillon nasogénien (Figure 3) 1.

Dans la partie inférieure, le fléchissement du contour se produit uniquement autour de la mésoface, formant un “jowl”. En revanche, l’affaissement ne se produit pas dans le proface (menton) ou la métaface. Cette hétérogénéité dans l’affaissement perturbe la régularité de la mâchoire du visage, entraînant une perte de définition du contour. Une fois le contour cassé, l’apparence plus jeune est perdue et c’est ce que nous nous efforçons de restaurer. Les ligaments de rétention tels que le ligament cutané mandibulaire et le septum mandibulaire assurent un ancrage profond dans cette zone2.

Métaface
La métaface est postérieure à la mésoface, sur la partie latérale du visage. Il couvre et adhère aux muscles de la mastication (masséter). En raison de l’adhérence aux tissus sous-jacents, très peu d’affaissements peuvent se produire dans cette zone. De plus, le tissu sous-cutané de la métaface est souvent plus fin que celui de la mésoface. Cependant, étant donné que l’affaissement se produit dans la mésoface, une disparité est créée qui rompt les lignes de contour le long de la bordure de la mandibule, perturbant la forme ovale.

Figure 2 Signes du temps qui passe

Une bonne connaissance des structures anatomiques qui recouvrent l’insertion du masséter est essentielle, car les injections pour remodeler le contour sont effectuées sur le bord de la mandibule. Le muscle masséter est épais, de l’ordre de 3 à 8 mm. Ses fibres passent en dessous pour s’inscrire dans les 3 à 4 premiers centimètres de la partie postérieure de la branche horizontale de la mandibule – l’angle – et 1 cm de la branche verticale de la mandibule. L’hypertrophie du masséter est rare, mais quand elle se produit, elle donne un aspect «carré» au visage. Il n’y a pas d’étiologie précise; Cependant, il peut être associé à des habitudes parafonctionnelles telles que le bruxisme, les tics d’occlusion forcée ou la mastication fréquente des gencives.

La glande parotide recouvre partiellement l’angle de la mandibule, jusqu’à 1 cm en avant de l’angle. Les injections dans la zone d’angle mandibulaire risquent donc d’injecter également la glande parotide. Il est impératif que l’injection soit profondément dans le muscle masséter (qui a environ 4 mm d’épaisseur dans cette zone), suffisamment proche de l’os, pour éviter toute implication.Intégration dans la glande parotide La veine jugulaire est profondément ancrée dans cette zone. En contournant la mandibule, elle monte ensuite devant le bord antérieur du muscle masséter.

Si l’insertion du masséter est marquée pendant le serrage des dents, il y a peu de risque d’endommager ou d’injecter la veine jugulaire telle qu’elle est devant le muscle. Néanmoins, l’aspiration doit toujours être effectuée avant toute injection. Contrairement à la veine jugulaire, l’artère faciale est plus antérieure, sur le bord postérieur du dépresseur anguleux. La branche mandibulaire du nerf facial est cervicale à ce niveau: elle va en profondeur au muscle platysma, 1 ou 2 cm sous la mandibule et doit Figure 3 Vieillissement de la mésoface et des mâchoires En conséquence, une injection profonde au niveau de l’insertion du masséter dans la branche horizontale de la mandibule ne risque pas de blesser les structures importantes à proximité, à condition que le masséter, en particulier le bord antérieur, est localisé et marqué pendant le serrage des dents.

Une injection superficielle dans les tissus cellulaires sous-cutanés doit également être sûre dans cette région, à condition que les injections soient effectuées dans la couche sous-cutanée, bien que des ecchymoses puissent encore se produire.

ProfaceCeci est la partie médiane du visage contenant également le menton. le menton comme sur la gueule; cependant, il est mobile en raison de l’action du muscle mentalis. Le dépresseur anguli oris et les muscles dépresseurs labii inferioris agissent sur la bouche. Comme une chute de la mâchoire se produit sans ptose du menton, une disparité entre les deux apparaît comme une indentation dans le préflus.

Cela brise le contour de l’ovale facial, rendant la mâchoire irrégulière, semblable à celle qui se produit dans la mésoface et la métaface. Des différences peuvent apparaître dans l’épaisseur du tissu sous-cutané entre le menton et la joue, le tissu étant plus épais autour de la joue par rapport au menton.

Lorsque l’affaissement se produit, cette différence d’épaisseur accentue le sulcus pré-jowl. Plusieurs options sont disponibles pour restaurer le contour et la mâchoire. Au moment de la rédaction du présent document, la technique la plus populaire est le lifting chirurgical et les patients passent souvent du temps devant le miroir en imitant l’effet du lifting facial.

Une option non chirurgicale, l’implantation de charges, essentiellement de l’acide hyaluronique, est également efficace. Le but des injections de remplissage est d’effacer la différence entre le menton et les zones jugales. Deux structures anatomiques principales, qui doivent être respectées lors de l’injection du sillon antérieur, sont: l’artère faciale, postérieure à la zone d’intérêt et à la course supérieur le long du bord postérieur du dépresseur anguli orisLe nerf mental, plus haut que la région d’intérêt, et plus médial à la sortie du foramen mental.

Il est important de ne pas «gratter» ce nerf avec la canule ou l’aiguille. Le cou Le cou vieillit comme toute autre région. Sa peau perd de son élasticité en raison d’une réduction des fibres de collagène et d’élastine. Un affaissement du cou suit le relâchement de la zone jugale inférieure, entraînant avec lui la peau, le tissu adipeux sous-cutané et le muscle platysma.

En conséquence, le cou, l’angle cervicomental et la mâchoire perdent leur définition. Le contour ovale du visage et l’angle cervicomental bien défini sont remplacés par un double menton, des joues, un fanon et une peau ridée («cou de dinde»). Même s’il n’existe actuellement aucun produit idéal universellement accepté, l’acide hyaluronique3 est considéré comme l’étalon-or, en particulier depuis le développement de formulations plus volumisantes.

En tant que chirurgiens plasticiens et esthétiques, nous avons une expérience considérable des techniques impliquant la greffe de graisse et nous avons constaté qu’elles pouvaient produire des résultats remarquables. Cependant, la flexibilité, la facilité d’injection, la qualité des résultats et le léger suivi nécessaire plaident toujours en faveur de l’utilisation des acides hyaluroniques.

De nombreux facteurs guident le choix de ce produit.Sécurité: l’acide hyaluronique a de solides antécédents en matière de sécurité du patientCritiques: il existe peu de risques de réactions secondaires et d’effets secondaires indésirables associés à l’acide hyaluronique. Par exemple, un faible risque d’immunogénicité et de granulome. L’acide hyaluronique s’intègre également bien dans les tissus humains et est compatible avec d’autres techniques, ce qui facilite les traitements combinés. Critères techniques: l’acide hyaluronique produit des résultats prévisibles, durables et de grande qualité. La zone injectée est stable sans migration secondaire du produit. Formulation: la cohésion, l’élasticité, la viscosité et l’intégration dans les tissus diffèrent entre les formulations d’acide hyaluronique de différents fabricants; chaque produit a ses propres caractéristiques et leur qualité s’améliore continuellement.

Coût: certainement un facteur mais il ne se compare pas à la sécurité et à la qualité. Par conséquent, nous n’utilisons plus de produits non résorbables ou semi-résorbables.

Les produits injectables et résorbables sont préférables pour éviter de compromettre la santé future du patient des complications telles que des réactions à des corps étrangers, des granulomes, des tissus cicatriciels ou d’autres effets secondaires fonctionnels et / ou esthétiques.

Figure 5: Injection de flux superficielle

Les patients et les praticiens désirent des traitements sûrs et de qualité. Comme alternative à la graisse autologue, l’utilisation de l’acide hyaluronique répond à ces critères et leur utilisation est conforme à la philosophie du «primum non nocere», conformément aux exigences de la société actuelle.

De plus, la qualité des acides hyaluroniques s’améliorant continuellement , il semble probable que l’avenir des produits injectables ne pourra être optimisé que par la recherche et le développement.Technique d’implantation d’acide hyaluronique? Le but des injections d’acide hyaluronique est d’atténuer, voire d’éliminer, la disparité du contour. Le ramollissement de cette mâchoire restaure le contour de l’ovale, rompu par l’affaissement de la mésoface.

Il existe deux solutions: Resserrer l’affaissement de la mésoface: le lifting ou l’amélioration par lipolyse laser. Fournir un support sur le bord de la mandibule la métaface: remplissageLa deuxième solution sera discutée ici.

Figure 6 Avant et après l’injection pour améliorer le contour pour la beautiphication Notre approche du traitement du contour et du pré-jowl est similaire aux techniques que nous avons développées et publiées pour le mid-face1, 4, c’est-à-dire une injection profonde sur le bord de l’os pour fournir un support stable et une injection sous-cutanée et superficielle parfaite et complète.

En pratique, cependant, une seule des deux techniques peut être nécessaire pour rétablir le contour. Une approche technique logique, cohérente et efficace peut être appliquée à différentes zones. Implantation profondeFigure 7 Avant et après l’injection pour le rajeunissement (65 ans) (du contour à l’aide de bolus profonds et de la métaface complète par injection superficielle) support similaire à l’injection dans la couche graisseuse profonde du malar de la face médiane Ce support profond est stable et fixe car solidement fixé au support structurel Deux ou trois aliquotes profondes (0,2 ou 0,3 ml chacune) dans le métaface la partie postérieure de la branche horizontale de la mandibule projette la zone injectée loin du bord de la mandibule, effaçant la disparité entre la méta et la mésoface L’injection se produit dans le muscle masséter à son insertion osseuse juste au-dessus du bord osseux inférieur de la partie postérieure de la branche horizontale de la mandibule, comme décrit ci-dessus.Pour effectuer l’injection: Marquer les limites postérieures et antérieures du muscle masséter pendant la dent marquer l’angle du maxillaire (entre les branches verticales et horizontales de la mandibule) marquer le nombre de points à injecter, généralement trois, entre l’angle de l’os et le bord antérieur du masséter, environ 5 à 10 mm au-dessus du bord inférieur Injecter 2 ou 3 bolus (0,1 à 0,3 ml chacun) perpendiculairement dans la zone épaisse du muscle près de son insertion (figure 4), avec ou sans contact osseux (selon l’expérience).

Il est habituel d’aspirer avant l’injection pour éviter l’injection intravasculaire. L’injection est donc profonde, lente et modeste, avec une moyenne de 0,2 ml par bolus. Le produit doit être un acide hyaluronique volumineux et cohésif avec une grande élasticité (G ‘) pour assurer la projection, et un module visqueux modéré (G “) pour éviter la propagation.Le moulage peut être effectué en évitant un massage ferme.

La quantité injectée peut varier : en moyenne 0,6 ml de chaque côté. Cette injection ne présente pratiquement aucun risque de blesser des structures importantes, malgré les risques inhérents de complications dans toute procédure médicale. La veine faciale est antérieure au bord antérieur du masséter.

La branche mandibulaire du nerf facial est en dessous de la branche horizontale de la mandibule; il passe sous le platysma, à 1 ou 2 cm sous la mandibule.

Seule la glande parotide est proche du bol postérieur car elle recouvre partiellement l’angle de la mandibule. Néanmoins, l’injection est profonde, le masséter est épais et l’injection est effectuée sur le bord de l’os dans la partie épaisse du masséter. Cette implantation profonde, fixe et non mobile fournit un support stable qui ne doit pas s’affaisser.

Cela ne perturbe pas le fonctionnement du masséter. Au contraire, il peut le moduler ou même améliorer la symptomatologie du bruxisme comme alternative à la toxine botulique (la myomodulation remplace la myorelaxation).

Il peut également améliorer la symptomatologie de la chirurgie post-maxillo-faciale par sa fonction modulatrice, soulageant les patients. Une implantation en profondeur suffit souvent à produire un résultat satisfaisant.

Si nécessaire, elle peut être complétée par une injection superficielle (Figure 5). Injection par superposition superficielle Cela peut également être suffisant pour produire un résultat satisfaisant; cependant, nous l’associons souvent à l’injection profonde.

L’injection est sous-cutanée et il convient de rappeler que le tissu sous-cutané du métaface est relativement mince. Il n’y a pas de danger d’injection dans d’autres structures importantes si l’injection a pour but de réduire la différence entre le méta et le mésoface, elle doit être réalisée en la partie postérieure de la mâchoire. Cependant, le champ peut être augmenté vers l’oreille, sur le masséter pour restructurer la totalité du métaface (Figure 7), ou prolongé vers l’avant afin de recréer la totalité de l’ovale; Il peut également couvrir toute la joue pour améliorer la trophicité, l’hydratation et l’éclat de la peau. Pour effectuer l’injection: Dessinez la zone à restructurer. Injectez par voie sous-cutanée en utilisant une technique conventionnelle de ventilation. Le fanning devrait être pair. Nous préférons utiliser une canule non flexible de calibre 25 ou 23 car, selon les auteurs, ils provoquent moins d’ecchymoses que les aiguilles.

De plus, du fait qu’elles provoquent une plus grande résistance des tissus que les aiguilles, elles peuvent augmenter la stimulation des cellules des fibroblastes et ainsi améliorer la trophicité de la peau (effet «booster de la peau») 1. Nous n’utilisons pas de canule flexible car ils ont tendance à se plier lors de la mise en place, rendant la trajectoire difficile à contrôler et entraînant un mauvais positionnement.

L’injection doit être lente et douce et le produit doit être bien réparti être effectué pour faciliter la pénétration et l’intégration de l’acide hyaluronique dans les tissus environnants. Le vecteur suit le corps du maxillaire pour améliorer la courbe du contour.

L’ensemble du métaface peut ainsi être restructuré à l’aide d’un vecteur plus vertical, et l’analyse peut être réalisée sur toute la joue. Le produit doit être cohérent, avec une élasticité modérée (G ’) car le but n’est pas la projection. Il doit avoir un excellent module visqueux (G) pour assurer une bonne répartition et des chaînes courtes pour améliorer l’intégration et la pénétration tissulaire. La quantité injectée dépend de la surface et de l’étendue du problème traité. Il est toujours préférable de sous-traiter que de trop traiter. Le résultat sera immédiatement visible, bien qu’il puisse y avoir une ecchymose temporaire.

L’effet de la trophicité et de l’hydratation de la peau, résultant des propriétés rhéologiques du produit et de la stimulation des fibroblastes, prend environ deux semaines à se manifester. Cette réponse tissulaire résulte de la stimulation des fibroblastes liée au traumatisme et des propriétés hydratantes de l’acide hyaluronique intégré dans les tissus. L’élastine, le collagène, les protéoglycanes et les glycoprotéines structurelles sont produits dans le derme par les fibroblastes5,6. Toute réaction locale, réaction inflammatoire ou processus de guérison provoqué par une stimulation, qu’elle soit chirurgicale ou consécutive à l’injection d’un produit, stimule la prolifération des fibroblastes1,5,6. L’injection de tout produit induira donc une réaction car tout traumatisme superficiel stimule les fibroblastes. Cette stimulation est le résultat du dépôt du produit lui-même, ainsi que du phénomène mécanique et traumatique du tunnelage dans le sous-derme, que ce soit à l’aide d’une canule ou d’une aiguille (effet booster de la peau).

On peut supposer qu’une canule provoque une réaction plus importante qu’une aiguille, en raison de la plus grande résistance de la canule émoussée par rapport à une aiguille tranchante et qu’une canule de calibre 22 produira une réponse plus importante que celle d’une jauge de 25 ou 27 résistance associée à la ventilation. Canule ou aiguille? Ceci fait l’objet de nombreux débats parmi les experts.

Les cliniciens doivent choisir la technique avec laquelle ils sont le plus à l’aise. Cependant, les preuves suggèrent que l’utilisation d’une aiguille fine est préférable pour un bolus profond et qu’une canule non flexible est préférable pour les injections superficielles par voie sous-cutanée. Nous pouvons imaginer le concept de stimulation superficielle pour décrire une technique vectorielle. du vecteur. Selon ce concept, l’injection superficielle de produits qui suit un vecteur similaire à celui d’une intervention chirurgicale de levage produit un effet de tension de la même ampleur que le soulèvement chirurgical. Nous ne pensons pas qu’un effet de traction potentiel créé par la stimulation des fibroblastes puisse avoir n’importe quel vecteur car une réponse fibroblastique elle-même n’a pas de vecteur. Au-delà de la technique d’injection (verticale, en direction du levage chirurgical ou horizontale, comme un hamac), c’est la zone de stimulation fibroblastique importante pour créer un effet de traction légère.

L’effet est multidirectionnel, comme les ondulations générées par une pierre jetée dans un bassin d’eau, elles voyagent dans toutes les directions, pas seulement une. Ce mécanisme explique également pourquoi les injections superficielles d’acide hyaluronique améliorent la peau. Outre le léger effet de tension décrit ci-dessus, la peau acquiert une meilleure trophicité et apparaît donc hydratée, plus lisse et plus rayonnante. Effet liftant? Recréation d’un contour continu par atténuation ou élimination de la disparité entre le méso- et métaface. ainsi que la restauration du contour de la mâchoire par un meilleur soutien et la tension de la peau, tous contribuent à l’effet rajeunissant et produisent un «effet lifting».

L’amélioration de la texture de la peau grâce à l’effet superficiel et à l’effet booster de la peau ajoute à l’effet rajeunissant. Ainsi, nous pouvons utiliser les termes «effet liftant» ou «lifting médical» bien qu’il ne s’agisse pas d’un véritable lifting dans le sens chirurgical. La partie antérieure du contour correspond au menton. Contrairement à la mésoface dans laquelle l’affaissement se produit, créant des jowls, il n’y a pas d’affaissement dans la zone proface. Cela interrompt le contour du contour de la zone de transition mandibulaire antérieure entre la mésoface et le proface. Le sulcus pré-jowl prolonge les plis d ‘«amertume». La correction de cette zone est la même que celle décrite ci-dessus: l’injection peut être profonde ou superficielle. Une injection profonde en contact avec le périoste permet un remplissage effet de projection qui efface la disparité dans les niveaux autour de la gorge tombante. Notre technique consiste à injecter 1 à 2 bolus en profondeur.Pour effectuer l’injection: Définir et marquer la partie déprimée du pré-jowlMark 1 ou 2 points du sillon pré-jowl, 5 à 10 mm au-dessus de la bordure osseuseInjecter un bolus perpendiculairement, éviter le contact avec l’os (retirer l’aiguille légèrement si elle se produit).

La pointe de l’aiguille doit être juste au-dessus de l’insertion des muscles dépresseurs labulaires et dépresseurs anguleux et se trouve souvent dans le ventre des muscles. Aspirer avant l’injection pour éviter l’injection intravasculaire. L’injection doit être profonde, petite et lente, en moyenne 0,1 ml. Le produit doit être cohésif et volumateur avec une haute élasticité (G ‘) pour avoir un effet de projectionLe moulage peut être effectué sans massage pour éviter de démolir l’effet de projectionLa quantité injectée est variable, autour de 0,2 ml pour chaque côté.

L’artère faciale est plus postérieure , en suivant le bord postérieur du muscle dépresseur anguli oris, mais il faut faire attention aux branches de son menton (toujours aspirer avant toute injection). Le foramen du nerf mental est plus haut et plus médial. Cette implantation profonde, en contact avec l’os, produit un remplissage fixe, non mobile, qui ne risque pas de s’affaisser et fournit un soutien stable, souvent suffisant pour un résultat satisfaisant. L’indentation est ainsi effacée et il n’y a plus de différence de niveau. Elle peut être complétée par une injection superficielle.Injection par superposition superficielle Elle peut suffire à elle-même ou être associée à une injection plus profonde.L’injection est sous-cutanée, dans l’espace entre la peau et les muscles dépresseurs de anguli oris et labii inferioris. N’oubliez pas d’aspirer à cause des vaisseaux du menton. Pour effectuer l’injection superficielle: Définissez et marquez la zone à restructurer. À l’aide d’une canule, injectez par voie sous-cutanée en utilisant une technique de ventilation conventionnelle.

Nous préférons une canule de calibre 25 ou 27 pour cette zone. L’injection doit être douce et le produit doit être bien réparti dans la zone marquée. Le moulage et même le massage peuvent être effectués pour faciliter la diffusion et l’intégration de l’acide hyaluronique dans les autres tissus. Le vecteur est prévu pour couvrir toute la zone, peut-être même au-delà des plis d’amertumeLe produit doit avoir une bonne cohésion, un faible volume, une élasticité modérée (G ‘) et un module visqueux modéré (G) pour assurer une bonne intégration et pénétration dans les tissus.

Rappelez-vous la position de l’artère mentale, qui est une branche terminale de l’artère alvéolaire inférieure, car elle peut être canulée lors de l’injection dans la région pré-stellaire ou marionnette de la face inférieure. les échelles sont utiles comme outils d’apprentissage, de compréhension et d’enseignement. Nous avons précédemment conçu une échelle pour le midface1,7, les lèvres1,8 et les cernes des yeux1.

Nous proposons ici une classification en cinq étapes pour l’ovale facial. Deux éléments sont importants pour classer l’harmonie de l’ovale facial: Premièrement, le degré d’affaissement. Cela peut être décrit comme une échelle à quatre points où 1 = pas d’affaissement, 2 = léger, 3 = modéré ou 4 = ptosis grave Deuxièmement, l’épaisseur du tissu sous-cutané. Des différences apparaissent dans l’épaisseur de la mésoface, même en l’absence de ptose si l’épaisseur du tissu sous-cutané n’est pas uniforme. La mésoface peut contenir un tissu adipeux plus épais, provoquant une différence visible, un sulcus. Ainsi, même en l’absence de ptosis, deux situations peuvent se présenter: soit une mâchoire régulière si l’épaisseur du tissu sous-cutané est uniforme dans la méta, la méso- et la préface, soit une mâchoire irrégulière si le tissu sous-cutané est plus épais dans la mésoface. , produisant une petite indentation. En conséquence, notre classification comporte cinq étapes, dont deux étapes où le relâchement est absent: Étape 1: pas de relâchement de la mésoface.

Le contour de la courbe ovale est régulier et le contour de la bordure mandibulaire est régulier et lisseEtape 2: pas d’affaissement mais le contour est irrégulier avec une petite indentation due à un différence en épaisseur du tissu sous-cutané; le tissu sous-cutané de la mésoface contient plus de graisse et est plus épais. Tension 3: affaissement modéré avec une légère indentation. Tension 4: affaissement modéré avec indentation modérée. la détresse chez nos patients, car c’est l’un des premiers signes du vieillissement. Nous pensons que la demande d’amélioration et de rajeunissement augmente en raison de l’efficacité de nos résultats et de la qualité et de la sécurité de nos produits.

Une bonne compréhension de l’anatomie et de la physiologie et l’utilisation du «bon produit au bon endroit» par des professionnels qualifiés et expérimentés sont des facteurs essentiels. Pour y parvenir, nous avons présenté notre méthode de division du visage à l’aide de divisions verticales en métaface, mésoface et proface, et proposé une classification originale pour aider les autres professionnels à entreprendre des procédures cosmétiques similaires. préparation du manuscrit (rédaction médicale et traduction) Figures 1–7 ©

Lakhdar Belhaouari Références Belhaouari L, Gassia V. éditions Arnette Wolters Kluver France; 2013.Rohrich R Pessa J.

Le système de retenue du visage. Plast Reconstr Surg. 2008; 121: 1804-9Meyer K. Palmer JW. Le polysacaccharide de l’humeur vitrée. J Biol Chem. 1934: 107: 629-34. Belhaouari et coll., Dynamique et embellissement du milieu de la page, J. Mal. Esth. et chir. Derm. Vol. XXXXI, 164, décembre 2014, 203-209Bouissou H. La chirurgie de la Sénescence du Visage, Rapport 18ème congrès national de la Société française de chirurgie plastique: Paris oct. 1983, Elbaz JS. Costagliola M. Belhaouari L: 56-57La chirurgie de la Sénescence du Visage, Rapport 18ème Congrès National Société Française de Chirurgie Plastique: Paris Oct 1983, Elbaz JS. Costagliola M. Belhaouari L: 19-20Belhaouari L et al, Dynamique et embellissement du milieu, J.Med. Esth. et chir. Derm. Vol. XXXXI, 164, décembre 2014, 203-209Belhaouari et coll., Embellissement et réunion des lèvres avec l’acide hyaluronique, J.Méd. Esth. et chir. Derm. Vol. XXXVIII, 151, septembre 2011, 139-145Belhaouari L, J. Méd. Esth. et chir. Derm. Vol. XXXXIV, 173, mars 2017, 19-27

Related posts